• Tu le manges mais aussi, tu le dis : "Boy Bawang"

    Share on Tumblr


    votre commentaire
  • Leja Jurišić & Teja Reba, Sofa

    Leja Jurišić & Teja Reba : leur extraordinaire performance "Sofa" qui a eu lieu samedi 8 mars au Danscentrumjette. Pour la journée des femmes, c'était parfait !
    Un regard drôle, impertinent, dadaïste du genre pétasse sympathique... et tellement justes... admirable!


    votre commentaire
  • En mai 2014, en Belgique et dans de nombreux pays d’Europe, une majorité de citoyens sont appelés à voter afin de désigner leurs représentants politiques. Retranchée sur certaines thématiques populaires susceptibles de facilement récolter des voix, la politique, ici comme ailleurs, donne de plus en plus l’impression de se réduire à un spectacle. Elle peine à défendre des idées de fond. Elle semble agir de l’extérieur, n’arrivant plus à s’inscrire au cœur de la vie des citoyens. S’il faut s’en tenir à la façon dont elle est considérée par de nombreux décideurs politiques – et rapportée par la plupart des médias –, la culture ne semble pas signifier beaucoup plus qu’un divertissement. Et lorsqu’elle a l’ambition de vouloir contribuer au développement des idées, on la dit suffisante, éloignée de la vie et du monde.
    En mai 2014, à Bruxelles, se déroule un festival des arts consacré à la création contemporaine internationale. Le Kunstenfestivaldesarts fait le pari de présenter à un grand public des formes artistiques dénuées de compromis. En tant que festival de création, il offre un espace où il est possible d’expérimenter, d’essayer. Un espace qui, trois semaines durant, est animé par le désir, la curiosité, le goût du risque et le souci de la qualité. On y mêle les esthétiques et les formats. On y échange les points de vue. On y croise des œuvres signées par des artistes largement reconnus et d’autres encore à découvrir. On y parle de nombreuses langues. L’espace physique de la ville se dilate, les espaces mentaux s’élargissent.

    extrait de l'éditorial du festival.


    votre commentaire
  • Oh! Jore-la-laitue! Arts Loi 2006

    tag et photo dans le métro, station Arts-Loi, 2006.

    Share on Tumblr

    Bookmark and Share


    votre commentaire
  • J'imagine que ce fut dessiné avec une lamme de rasoir
    Hans Bellmer, sans titre


    votre commentaire
  • Philippe Sollers qui cite Pascal Quignard qui cite Donald Winnicott :

    « Pascal Quignard écrit : "Winnicott a décrit le ressentiment qu’éprouvent les névrosés à l’encontre des visages qui sont attirants. Tous les corps enchantés de vivre les mettent mal à l’aise. Ils éprouvent de l’aversion à l’encontre des âmes vivaces et bondissantes. Divergence plus vindicative que celle des pauvres contre les riches. Guerre irrémissible qui est celle des analphabètes contre les lettrés. Tout paraît arrogance aux hommes qui sont petits et malheureux. Le malade ne veut à aucun prix que sa maladie si fidèle, si pronominale, l’abandonne ; il se sentirait beaucoup plus rassuré si la santé de chacun était aussi problématique que la sienne. Le laid ne veut à aucun prix que son poids ou sa disgrâce s’évanouissent ; il veut que la beauté soit détruite et que la minceur ou la gracilité n’existent plus sur la surface de la terre.” »

    Bookmark and Share 


    2 commentaires
  •  

    Cpas d'ixelles, la maquette blog

    Voilà un objet unique et exemplaire que j'ai découvert récemment. Comme l'inscription l'indique, vous pouvez tout de suite y reconnaitre une maquette du c.p.a.s d'Ixelles. Celle-ci se trouve dans la salle d'attente et permet, sans doute aux très jeunes demandeurs mais surtout aux moins jeunes, de mieux mettre à profit le temps qu'ils y passent afin de se familiariser déjà avec les voies pas toujours très simples qu'ils devront emprunter afin de bénéficier de l'attention providentielle de cette charitable institution. Comme c'est bien fait tout ça quand même !

    Share on Tumblr

    Bookmark and Share

     


    votre commentaire
  • Morale et style. - Tout écrivain s'aperçoit que plus il s'exprime avec précision, conscience et sobriété, plus le produit littéraire passe pour obscur, alors que lorsqu'il se laisse aller à des formulations relâchées et irresponsables, il se voit gratifié d'une certaine compréhension. Il est devenu inutile d'éviter les expressions techniques et toutes les allusions à la sphère culturelle qui n'existe plus depuis longtemps. La rigueur et la pureté d'une écriture même extrêmement simple créent bien plus une impression de vide. La négligence qui entraîne à se laisser porter par le courant familier du langage passe pour le signe de la pertinence du contact: on sait ce que l'on veut parce que l'on sait ce que veulent les autres. Considérer l'objet plutôt que la communication au moment où l'on s'exprime, éveille la suspicion: tout ce qui est spécifique, non emprunté à des schémas préexistants, paraît inconsidéré, symptôme d'excentricité, voire de confusion. La logique actuelle si fière de sa clarté a adopté naïvement cette notion pervertie du langage quotidien. Une expression vague permet à celui qui l'entend d'imaginer à peu près ce qui lui convient et ce que, de toute façon, il pense déjà. L'expression rigoureuse impose une compréhension sans équivoque, un effort conceptuel dont les hommes ont délibérément perdu l'habitude, et attend d'eux que, devant tout contenu, ils suspendent toutes les opinions reçues et, par conséquent, s'isolent, ce qu'ils refusent violemment. Seul ce qu'ils n'ont pas à comprendre leur paraît compréhensible; ce qui est réellement aliéné, le mot usé à force d'avoir servi, les touche parce qu'il leur est familier. Il est peu de choses qui contribuent à autant à démoraliser les intellectuels. Celui qui veut échapper à ce sentiment devra voir en chaque défenseur de la communication un traître à celle-ci.


    Ventre creux. - Opposer les parlers ouvriers à la langue écrite est réactionnaire. Le loisir, voire l'orgueil et l'arrogance, ont conféré au discours des classes supérieures une certaine indépendance et de l'autodiscipline. Si bien que ce discours se trouve en opposition avec sa propre sphère sociale. Il se retourne contre les maîtres qui en mésusent pour commander et veut leur commander à son tour, refusant de servir plus longtemps leurs intérêts. Mais le langages des assujettis porte uniquement les marques de la domination qui, de plus, l'a privé de la justice promise par un langage autonome, non mutilé, à tous ceux qui sont assez libres pour le parler sans arrière-pensée. Le langage prolétarien est dicté par la faim. Le pauvre mâche ses mots pour tromper sa faim. c'est de leur esprit objectif qu'il attend la nourriture substantielle que lui refuse la société ; lui qui n'a rien à se mettre sous les dents se remplit la bouche de mots. C'est sa manière à lui de prendre sa revanche sur le langage. Il outrage le corps du langage qu'on lui interdit d'aimer, répétant avec une force impuissante l'outrage qui lui fût infligé à lui-même. Le meilleur des parlers du nord de Berlin ou de Cockney, prompt à la réplique et chargé de bon sens, souffre encore de ce que, dans son effort pour surmonter sans désespérer les situations désespérées, il ait du se moquer de soi-même en même temps que de l'ennemi, donnant ainsi raison au train du monde. Si la langue écrite codifie l'aliénation des classes, le redressement ne pourra se faire en régressant vers la langue parlée, mais par la pratique d'une objectivité linguistique des plus rigoureuses. Seul un parler qui transcende l'écriture en se l'intégrant saura délivrer le discours humain de ce mensonge selon lequel il serait déjà humain.

    Theodor Adorno 1951. extraits de Minima Moralia

    Bookmark and Share


    votre commentaire
  • Mariana Otero - à ciel ouvert

    Bookmark and Share


    2 commentaires

  • " Hey yo enough’s enough ! "
      

    Petite entorse aux principes de ces pages : une critique négative…
    La raison en est qu’il faille à mon sens réagir fermement à un phénomène qui abêtit notre monde avec force et vitesse, et qui s'avère être au bout du compte fort violent. Il représente aussi l'exact contraire de ce que à quoi je m'essaye dans ces pages...
    Je veux parler de ces théories du complot qui pullulent aujourd’hui sur internet mais aussi, plus largement, d’une bonne partie de ces contre-histoires, révélations, enquêtes d’experts, mises à nu... En somme, de cet ensemble de procédés qui sous prétexte de corriger l'histoire, flirtent tous, d’une manière ou d’une autre, mais de manière fondamentale, avec le révisionnisme ou le négationnisme. Ces phénomènes me préoccupent aussi dans la mesure où ils obéissent à une attitude spécifique de notre époque : celle du déni de tout processus de connaissance et de la nécessaire reconnaissance symbolique et intellectuelle que celui-ci implique.
    Je sais que nous vivons une époque de transparence où la moindre ombre, le moindre secret éveille immédiatement les soupçons…
    Certes, des complots et des mystères existent. Oui, mais voilà…

    Il est normal qu'une civilisation, lors des moments charnières de son évolution, peine à remodeler de nouvelles valeurs et n’intègre qu'avec difficultés des événements qui lui semblaient hier encore insensés et ce pour que s'établisse petit à petit quelque chose comme son nouvel ordre. Avec l'évolution chaotique, les impasses politiques et religieuses entre autres liées à la mondialisation, des incertitudes et certaines opacités s’accroissent. C'est sans doute la raison pour laquelle, dans notre époque qui peine à créer de nouvelles politiques (quel parti prendre, quelles valeurs défendre?), de plus en plus de personnes trouvent un certain sens pour notre monde dans les théories du complot. Car c’est bien là leur fonction principale : croire au complot, c’est se mettre en mesure de donner du sens à ce qui rechigne à en accepter facilement, à ce qui en paraît même dépourvu et qui par là, inquiète. Les croyances au complot donnent l’illusion de pouvoir expliquer certains événements paraissant trop complexes voire incompréhensibles et ainsi, rendent possible un positionnement politique clair - voilà qu’on se trouve une famille politique... Mais sous cet apparent retour à une politisation des événements, ces théories ont, de fait, une fonction profondément dépolitisante - car elles simplifient le réel : elles suspectent la complexité d’une situation d'être elle-même le fruit d’un brouillage volontaire, d’un complot. Ses adeptes en profitent alors pour annoncer le retrait de leur responsabilité en se présentant comme victimes : persuadés d'être manipulés, ils estiment logiquement ne plus devoir être reconnus comme responsables et ils rejettent la responsabilité sur les comploteurs avec un espoir naïf de pouvoir redéfinir d'autres règles. En réalité, ils sortent du jeu.

    Bricolages et mauvais Spectacles

    Parce que notre époque est toujours celle d'un certain positivisme triomphant, les théories du complot recourent de manière très large aux "sciences" afin de convertir ceux qui douteraient encore. Avec un style littéraire lamentable et de très mauvais goût, on vous soumet des données statistiques, des prélèvements divers et certaines « évidences » de lois physiques, biologiques, etc. Il convient au passage de remarquer que malgré la nature souvent complexe de ces références, ces théories sont toujours faciles à assimiler… et se moquent éperdument des règles historiographiques.
    Il faut pourtant plus que de simples informations pour proposer une critique sensée et digne de ce nom : celles-ci doivent surtout être agencées et articulées selon une méthode. L’individuation démocratique moderne, avec la proclamation du libre-arbitre, a produit un individu ignorant l’incomplétude de sa propre nature qui, s’il se sent autonome pour correctement s’informer, s’estime tout aussi souverain à construire sa propre opinion…
    Pourtant le savoir n'est pas constitué en une suite d’informations juxtaposées les unes aux autres - l’information dit ce qui est et par là ce qui doit être…
    Aujourd’hui plus que jamais, nous avons accès à presque toutes les informations sur les faits qui provoque un déséquilibre inédit entre d’une part, l’accès à l’information qui est instantané et total, et d’autre part, la trop rare aptitude à les agencer de manière méthodologique afin de produire du sens, une vérité. A bien y regarder, on remarquera que les théories du complot concernent systématiquement et uniquement des sujets prisés, et souvent formés par les médias de masse. En dépit de leur prétention à incarner un renouveau, en tant que soi-disant avant-gardes intellectuelles ou politiques originales et innovantes, la plupart de leurs idées ont environ cent cinquante ans et c'est uniquement grâce à la nouvelle possibilité de médiation qu'est pour elles le réseau internet qu'elles ressurgissent aujourd'hui à peine dépoussiérées. Parce qu'elles sont une réaction de médias pour les médias et par les médias, elles n’expriment en ce sens qu’un comportement réactionnaire - s’émanciper de cette sphère médiatique leur est impossible ; et dans ce monde clos, tout en ayant des effets funestes sur le réel, c’est comme folles et apeurées qu’elles se tiennent un discours à elles-mêmes.
    Certains pressentent alors l'avantage qu'il y aurait à se démarquer de ce type de discours et tentent d'en sortir en invoquant grossièrement la tradition philosophique : ils évitent le terme de complotistes et se présentent comme sceptiques... Cette perversion du terme n’aide pas car il s'agit là plutôt d'un hyper-criticisme (prouvez votre preuve!) qui ignore les limites de la raison sur l’expérience. Puisqu’il existe un au-delà à la raison : le délire.
    Les théories du complot expriment aussi symboliquement les peurs et les aspirations de ceux qui peinent à saisir la multiplicité et la pluralité formelle des faits, des concepts et des histoires. Et ce le plus souvent car ils sont occupés, presque au sens du territoire, à autre chose. Ils peuvent être de ces travailleurs qui, fatigués à la fin de la journée, se divertissent avec le Spectacle qu’on leur propose... Et parce que ces histoires font partie de leurs divertissements, ils rechignent à y appliquer un travail critique. Le succès populaire du complotisme procède d'une fascination, même cynique chez certains, pour ce qui se présente à eux comme une insurrection des consciences.

    Confondre son désordre psychique avec celui du monde, hystérie et psychose paranoïaque

    Je sais que certains, au lieu de constater leur propre impuissance pour expliquer un événement dont les véritables causes leur échappent, préfèrent conclure à l’impuissance de ceux qui sont censés lui faire voir plus clair dans tout cela : les intellectuels. C'est ainsi que les théoriciens du complot ont une grande part de responsabilité dans le regain, barbare et fascisant, de l’anti-intellectualisme aujourd'hui. Les théories du complot donnent le sentiment à celui qui y souscrit d’être plus lucide que les autres tout en lui faisant perdre de vue l'inclinaison narcissique et arrogante qu'il y a à se prendre aussi facilement pour un penseur « différent », il lui est ainsi plus confortable d’imaginer qu’il est devenu quelqu’un capable de sentir ce que d’autres échouent à même entrevoir (ces même "intellos").
    La structure de ces théories accueille sa propre structure psychique, ce qui apporte une preuve rassurante de sa propre vérité et lui permet d’être reconnu par lui-même et par les autres. Il se sent soulagé par ce miroir qui ne reflète plus l'homme confus et désenchanté politiquement qu’il était avant. Le complot rassure donc de la même manière que la phobie rassure contre l’angoisse, et c'est de la sorte que son existence s'avère constituer, au final, une bonne nouvelle pour l'économie psychique puisqu'il fait « sens » ; maintenant que le complot a été révélé, il ne reste plus qu’à le dénoncer et à le combattre publiquement, créant par la même occasion du lien social...
    Il faudra donc bien convenir que toutes les théories du complot, et leur ésotérisme, ont une structure idéologique fondamentale.
    Ce sont des analyses artificielles et simplistes qui jouent l'intérêt politique avec démagogie et poujadisme ; finalement elles desservent profondément les sociétés dans lesquelles elles apparaissent. Je crois que nous avons tout à gagner à nous en passer, cela permettrait de commencer humblement mais fermement à apprendre à bien parler du pouvoir. Et ce par exemple, en clarifiant sans simplifier.

     

    Grégoire

     


    3 commentaires



  • Bookmark and Share


    votre commentaire

  • Out Now !


    votre commentaire


  • Bookmark and Share 


    1 commentaire


  • Bookmark and Share 


    votre commentaire
  • Quand la musique était rare, sa convocation était bouleversante comme sa séduction vertigineuse. Quand la convocation est incessante, la musique devient repoussante et c'est le silence qui vient héler et devient solennel.

    Le silence est devenu le vertige moderne.

    /

    (les oeuvres, musicales, ajd )  Des copies - et non des instruments magiques, des fétiches, des temples, des grottes, des îles.

     Bookmark and Share 

     


    1 commentaire
  • ...
    Telle conversation nouée au hasard d’un voyage en chemin de fer et les quelques phrases auxquelles on accepte d’acquiescer pour éviter une dispute, alors qu’on sait très bien que la logique de leurs conséquences est fatalement meurtrière, voilà déjà une première trahison. Aucune pensée n’est immunisée contre les risques de la communication : il suffit de l’exprimer dans un contexte inadéquat et sur la base d’un mauvais consensus pour en miner la vérité. Chaque fois que je vais au cinéma, j’en sors plus bête et pire que je n’y suis entré, malgré toute ma vigilance. Être sociable, c’est déjà prendre part à l’injustice, en donnant l’illusion que le monde de froideur où nous vivons maintenant est un monde où il est encore possible de parler les uns avec les autres ; tel propos affable et sans conséquence contribue à perpétuer le silence, car les concessions que l’on fait à son interlocuteur le rabaissent doublement – en lui-même et en la personne de celui à qui s’adresse à lui. Dans les rapports affables, il y a toujours eu un principe mauvais qui, avec l’esprit égalitaire, se développe dans toute sa brutalité. Être condescendant ou penser qu’on vaut pas mieux que les autres, cela revient au même. En s’adaptant à la faiblesse des opprimés, on justifie dans une telle faiblesse les conditions de domination qu’on présuppose et l’on développe soi-même ce qui faut de grossièreté, d’apathie et de violence pour exercer cette domination. Quand en plus, dans la phase toute récente où nous nous trouvons, la pose condescendante a disparu et qu’on ne voit plus que le rapprochement égalisateur, alors le rapport de classes qui se trouve ainsi nié ne s’en impose que d’une façon autant plus implacable, car le pouvoir reste complètement masqué. Une solitude intangible est pour l’intellectuel la seule attitude où il puisse encore faire acte de solidarité. Dès qu’on rentre dans le jeu, dès qu’on se montre humain dans les contacts et dans l’intérêt qu’on témoigne aux autres, on ne fait que camoufler une acceptation tacite de l’inhumain. Il faut être du côté des souffrances des hommes; mais chaque pas que l’on fait du côté de leurs joies est un pas vers un durcissement de la souffrance.

    Minima Moralia, Theodor W. Adorno

    Bookmark and Share 


    votre commentaire


  • (aïe...)

     


    votre commentaire
  •  

    " My Friends are Varnishing, I You Them... "

    Bookmark and Share 


    votre commentaire
  • Le bottier Édouard Blanchard fonde son entreprise de chaussure à Limoges en 1891 et son fils Eugène se rend en 1904, à Weston dans le Massachusetts, pour apprendre les dernières techniques de production : Il importera la technique du cousu Goodyear qui permet de monter et ressemeler les chaussures, et de les rendre plus résistantes.

    Mais sans doute rapporte-t-il aussi dans ses bagages ce talon biseauté, genre cowboy boot, qui fait toute la différence...
                                 J.M. Weston

    Bookmark and Share 


    votre commentaire
  • Hiszékeny ?

    Galamb egyedül ?


    votre commentaire