• Talk Talk +

    Morale et style. - Tout écrivain s'aperçoit que plus il s'exprime avec précision, conscience et sobriété, plus le produit littéraire passe pour obscur, alors que lorsqu'il se laisse aller à des formulations relâchées et irresponsables, il se voit gratifié d'une certaine compréhension. Il est devenu inutile d'éviter les expressions techniques et toutes les allusions à la sphère culturelle qui n'existe plus depuis longtemps. La rigueur et la pureté d'une écriture même extrêmement simple créent bien plus une impression de vide. La négligence qui entraîne à se laisser porter par le courant familier du langage passe pour le signe de la pertinence du contact: on sait ce que l'on veut parce que l'on sait ce que veulent les autres. Considérer l'objet plutôt que la communication au moment où l'on s'exprime, éveille la suspicion: tout ce qui est spécifique, non emprunté à des schémas préexistants, paraît inconsidéré, symptôme d'excentricité, voire de confusion. La logique actuelle si fière de sa clarté a adopté naïvement cette notion pervertie du langage quotidien. Une expression vague permet à celui qui l'entend d'imaginer à peu près ce qui lui convient et ce que, de toute façon, il pense déjà. L'expression rigoureuse impose une compréhension sans équivoque, un effort conceptuel dont les hommes ont délibérément perdu l'habitude, et attend d'eux que, devant tout contenu, ils suspendent toutes les opinions reçues et, par conséquent, s'isolent, ce qu'ils refusent violemment. Seul ce qu'ils n'ont pas à comprendre leur paraît compréhensible; ce qui est réellement aliéné, le mot usé à force d'avoir servi, les touche parce qu'il leur est familier. Il est peu de choses qui contribuent à autant à démoraliser les intellectuels. Celui qui veut échapper à ce sentiment devra voir en chaque défenseur de la communication un traître à celle-ci.


    Ventre creux. - Opposer les parlers ouvriers à la langue écrite est réactionnaire. Le loisir, voire l'orgueil et l'arrogance, ont conféré au discours des classes supérieures une certaine indépendance et de l'autodiscipline. Si bien que ce discours se trouve en opposition avec sa propre sphère sociale. Il se retourne contre les maîtres qui en mésusent pour commander et veut leur commander à son tour, refusant de servir plus longtemps leurs intérêts. Mais le langages des assujettis porte uniquement les marques de la domination qui, de plus, l'a privé de la justice promise par un langage autonome, non mutilé, à tous ceux qui sont assez libres pour le parler sans arrière-pensée. Le langage prolétarien est dicté par la faim. Le pauvre mâche ses mots pour tromper sa faim. c'est de leur esprit objectif qu'il attend la nourriture substantielle que lui refuse la société ; lui qui n'a rien à se mettre sous les dents se remplit la bouche de mots. C'est sa manière à lui de prendre sa revanche sur le langage. Il outrage le corps du langage qu'on lui interdit d'aimer, répétant avec une force impuissante l'outrage qui lui fût infligé à lui-même. Le meilleur des parlers du nord de Berlin ou de Cockney, prompt à la réplique et chargé de bon sens, souffre encore de ce que, dans son effort pour surmonter sans désespérer les situations désespérées, il ait du se moquer de soi-même en même temps que de l'ennemi, donnant ainsi raison au train du monde. Si la langue écrite codifie l'aliénation des classes, le redressement ne pourra se faire en régressant vers la langue parlée, mais par la pratique d'une objectivité linguistique des plus rigoureuses. Seul un parler qui transcende l'écriture en se l'intégrant saura délivrer le discours humain de ce mensonge selon lequel il serait déjà humain.

    Theodor Adorno 1951. extraits de Minima Moralia

    Bookmark and Share


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :