•  

    " Hey yo enough’s enough ! "  

    Petite entorse aux principes de ces pages : une critique négative…
    La raison en est qu’il faille à mon sens réagir fermement à un phénomène qui abêtit notre monde avec force et vitesse, et qui s'avère être au bout du compte fort violent. Il représente aussi l'exact contraire de ce que à quoi je me suis essayé dans ces pages...
    Je veux parler de ces théories du complot qui pullulent aujourd’hui sur internet mais aussi, plus largement, d’une bonne partie de ces contre-histoires, révélations, enquêtes d’experts, mises à nu... En somme, de cet ensemble de procédés qui sous prétexte de corriger l'histoire, flirtent tous, d’une manière ou d’une autre, mais de manière fondamentale, avec le révisionnisme ou le négationnisme. Ces phénomènes me préoccupent aussi dans la mesure où ils obéissent à une attitude spécifique de notre époque : celle du déni de tout processus de connaissance et de la nécessaire reconnaissance symbolique et intellectuelle que celui-ci implique.
    Je sais que nous vivons une époque de transparence où la moindre ombre, le moindre secret éveille immédiatement les soupçons…
    Certes, des complots et des mystères existent. Oui, mais voilà…

    Il est normal qu'une civilisation, lors des moments charnières de son évolution, peine à remodeler de nouvelles valeurs et n’intègre qu'avec difficultés des événements qui lui semblaient hier encore insensés et ce pour que s'établisse petit à petit quelque chose comme son nouvel ordre. Avec l'évolution chaotique, les impasses politiques et religieuses entre autres liées à la mondialisation, des incertitudes et certaines opacités s’accroissent. Ainsi augmente un  besoin de sens, là où avant son absence était vécue avec indifférence. C'est sans doute la raison pour laquelle, dans notre époque qui peine à créer de nouvelles politiques (quel parti prendre, quelles valeurs défendre?), de plus en plus de personnes trouvent un certain sens pour notre monde dans les théories du complot. Car c’est bien là leur fonction principale : croire au complot, c’est se mettre en mesure de donner du sens à ce qui rechigne à en accepter facilement, à ce qui en paraît même dépourvu et qui par là, inquiète. Les croyances au complot donnent l’illusion de pouvoir expliquer certains événements paraissant trop complexes voire incompréhensibles et ainsi, rendent possible un positionnement politique clair - voilà qu’on se trouve une famille politique... Mais sous cet apparent retour à une politisation des événements, ces théories ont, de fait, une fonction profondément dépolitisante - car elles simplifient le réel : elles suspectent la complexité d’une situation d'être elle-même le fruit d’un brouillage volontaire, d’un complot. Ses adeptes en profitent alors pour annoncer le retrait de leur responsabilité en se présentant comme victimes : persuadés d'être manipulés, ils estiment logiquement ne plus devoir être reconnus comme responsables et ils rejettent la responsabilité sur les comploteurs avec un espoir naïf de pouvoir redéfinir d'autres règles. En réalité, ils sortent du jeu.

    Bricolages et mauvais spectacles

    Parce que notre époque est toujours celle d'un certain positivisme triomphant, les théories du complot recourent de manière très large aux "sciences" afin de convertir ceux qui douteraient encore. Avec le style littéraire de la misère et le mauvais goût, on vous soumet des données statistiques, des prélèvements divers et certaines « évidences » de lois physiques, biologiques, etc. Il convient au passage de remarquer que malgré la nature souvent complexe de ces références, ces théories sont toujours faciles à assimiler… et se moquent éperdument des règles historiographiques. La frime...
    Il faut pourtant plus que de simples informations pour proposer une critique sensée et digne de ce nom : celles-ci doivent surtout être agencées et articulées selon une méthode. L’individuation démocratique moderne, avec la proclamation du libre-arbitre, a produit un individu ignorant l’incomplétude de sa propre nature qui, s’il se sent autonome pour correctement s’informer, s’estime tout aussi souverain à construire sa propre opinion…
    Pourtant le savoir n'est pas constitué en une suite d’informations juxtaposées les unes aux autres - l’information dit ce qui est et par là ce qui doit être…
    Aujourd’hui plus que jamais, nous avons accès à presque toutes les informations sur les faits, ce qui provoque un déséquilibre inédit entre d’une part, l’accès à l’information qui est instantané et total, et d’autre part, la trop rare aptitude à les agencer de manière "méthodologique" afin de produire du sens, une vérité. A bien y regarder, on remarquera que les théories du complot concernent systématiquement et uniquement des sujets prisés, et souvent formés par les médias de masse. En dépit de leur prétention à incarner un renouveau, en tant que soi-disant avant-gardes intellectuelles ou politiques originales et innovantes, la plupart de leurs idées ont environ cent cinquante ans et c'est uniquement grâce à la nouvelle possibilité de médiation qu'est pour elles le réseau internet qu'elles ressurgissent aujourd'hui à peine dépoussiérées. Parce qu'elles sont une réaction de médias pour les médias et par les médias, elles n’expriment en ce sens qu’un comportement réactionnaire - s’émanciper de cette sphère médiatique leur est impossible ; et dans ce monde clos, tout en ayant des effets funestes sur le réel, c’est comme folles et apeurées qu’elles se tiennent un discours à elles-mêmes.
    Certains pressentent alors l'avantage qu'il y aurait à se démarquer de ce type de discours et tentent d'en sortir en invoquant grossièrement la tradition philosophique : ils évitent le terme de complotistes et se présentent comme sceptiques... Cette perversion du terme n’aide pas car il s'agit là plutôt d'un hyper-criticisme (prouvez votre preuve!) qui ignore les limites de la raison sur l’expérience. Puisqu’il existe un au-delà à la raison : le délire.
    Les théories du complot expriment aussi symboliquement les peurs et les aspirations de ceux qui peinent à saisir la multiplicité et la pluralité formelle des faits, des concepts et des histoires. Et ce le plus souvent car ils sont occupés, presque au sens du territoire, à autre chose. Ils peuvent être de ces travailleurs qui, fatigués à la fin de la journée, se divertissent avec ce spectacle qu’on leur propose... Et parce que ces histoires font partie de leurs divertissements, ils rechignent à y appliquer un travail critique. Le succès populaire du complotisme procède d'une fascination, même cynique chez certains, pour ce qui se présente à eux comme une insurrection des consciences.

    Confondre son désordre psychique avec celui du monde, hystérie et psychose paranoïaque

    Je pense que certains, au lieu de constater leur propre impuissance pour expliquer un événement dont les véritables causes leur échappent, préfèrent conclure à l’impuissance de ceux qui sont censés lui faire voir plus clair dans tout cela : les intellectuels. C'est ainsi que les théoriciens du complot ont une grande part de responsabilité dans le regain, barbare et fasciste, de l’anti-intellectualisme de ces jours. Les théories du complot donnent le sentiment à celui qui y souscrit d’être plus lucide que les autres tout en lui faisant perdre de vue l'inclinaison narcissique et arrogante qu'il y a à se prendre aussi facilement pour un penseur « différent », il lui est ainsi plus confortable d’imaginer qu’il est devenu quelqu’un capable de sentir ce que d’autres échouent à même entrevoir (ces même "intellos").
    La structure de ces théories accueille sa propre structure psychique, ce qui apporte une preuve rassurante de sa propre vérité et lui permet d’être reconnu par lui-même et par les autres. Il se sent soulagé par ce miroir qui ne reflète plus l'homme confus et désenchanté politiquement qu’il fut. Le complot rassure donc de la même manière que la phobie rassure contre l’angoisse, et c'est de la sorte que son existence s'avère constituer, au final, une bonne nouvelle pour l'économie psychique puisqu'il fait « sens » ; maintenant que le complot a été révélé, il ne reste plus qu’à le dénoncer et à le combattre publiquement, créant par la même occasion du lien social...
    Il faudra donc bien convenir que les théories du complot et leur ésotérisme sont structurés comme une idéologie et ses adeptes en sont leurs idéologues.
    Ce sont des analyses artificielles et simplistes qui jouent l'intérêt politique avec démagogie et poujadisme ; finalement elles desservent profondément les sociétés dans lesquelles elles apparaissent. Je crois que nous avons tout à gagner à nous en passer, cela permettrait de commencer, humblement mais fermement, à apprendre à bien parler du pouvoir. Et ce, par exemple, en clarifiant sans simplifier.

     

    Grégoire
    (réédition du 13 décembre 2013)


    votre commentaire

  •  


    votre commentaire

  • « Je montre d’abord que l’état des hommes sans société civile (quel état peut être nommé l’état naturel) est rien sauf une guerre de tous contre tous ; et que, dans cet état, tous ont le droit de toutes choses. »

    Thomas Hobbes, Leviathan (1651)

     


    votre commentaire
  •  

    Lundi matin.
     
    Share on T
     


    votre commentaire
  •  

    https://oldpiratebay.org/

      
    Share on Td 


    votre commentaire
  • sandwich au gouda

    ça faisait longtemps que je n'étais pas allé, ça a changé : après avoir voté comme il faut, et peut-être aussi parce que ça n'a pas été facile, les organisateurs m'ont offert ce sandwich au gouda (comme on peut le voir grâce à cet étiquetage clair et très pratique). Comme il m'a semblé que rien n'avait été clairement prévu pour que je le mange sur place, j'ai donc attendu d'être de retour chez moi, et avec les quelques biber qu'il me restait dans mon frigo, c'était vraiment bon.
    Quand même, si j'avais su ça les autres fois... C'est trop bête!

     
     Share on Tumblr


    2 commentaires

  • " Hey yo enough’s enough ! "
      

    Petite entorse aux principes de ces pages : une critique négative…
    La raison en est qu’il faille à mon sens réagir fermement à un phénomène qui abêtit notre monde avec force et vitesse, et qui s'avère être au bout du compte fort violent. Il représente aussi l'exact contraire de ce que à quoi je m'essaye dans ces pages...
    Je veux parler de ces théories du complot qui pullulent aujourd’hui sur internet mais aussi, plus largement, d’une bonne partie de ces contre-histoires, révélations, enquêtes d’experts, mises à nu... En somme, de cet ensemble de procédés qui sous prétexte de corriger l'histoire, flirtent tous, d’une manière ou d’une autre, mais de manière fondamentale, avec le révisionnisme ou le négationnisme. Ces phénomènes me préoccupent aussi dans la mesure où ils obéissent à une attitude spécifique de notre époque : celle du déni de tout processus de connaissance et de la nécessaire reconnaissance symbolique et intellectuelle que celui-ci implique.
    Je sais que nous vivons une époque de transparence où la moindre ombre, le moindre secret éveille immédiatement les soupçons…
    Certes, des complots et des mystères existent. Oui, mais voilà…

    Il est normal qu'une civilisation, lors des moments charnières de son évolution, peine à remodeler de nouvelles valeurs et n’intègre qu'avec difficultés des événements qui lui semblaient hier encore insensés et ce pour que s'établisse petit à petit quelque chose comme son nouvel ordre. Avec l'évolution chaotique, les impasses politiques et religieuses entre autres liées à la mondialisation, des incertitudes et certaines opacités s’accroissent. C'est sans doute la raison pour laquelle, dans notre époque qui peine à créer de nouvelles politiques (quel parti prendre, quelles valeurs défendre?), de plus en plus de personnes trouvent un certain sens pour notre monde dans les théories du complot. Car c’est bien là leur fonction principale : croire au complot, c’est se mettre en mesure de donner du sens à ce qui rechigne à en accepter facilement, à ce qui en paraît même dépourvu et qui par là, inquiète. Les croyances au complot donnent l’illusion de pouvoir expliquer certains événements paraissant trop complexes voire incompréhensibles et ainsi, rendent possible un positionnement politique clair - voilà qu’on se trouve une famille politique... Mais sous cet apparent retour à une politisation des événements, ces théories ont, de fait, une fonction profondément dépolitisante - car elles simplifient le réel : elles suspectent la complexité d’une situation d'être elle-même le fruit d’un brouillage volontaire, d’un complot. Ses adeptes en profitent alors pour annoncer le retrait de leur responsabilité en se présentant comme victimes : persuadés d'être manipulés, ils estiment logiquement ne plus devoir être reconnus comme responsables et ils rejettent la responsabilité sur les comploteurs avec un espoir naïf de pouvoir redéfinir d'autres règles. En réalité, ils sortent du jeu.

    Bricolages et mauvais Spectacles

    Parce que notre époque est toujours celle d'un certain positivisme triomphant, les théories du complot recourent de manière très large aux "sciences" afin de convertir ceux qui douteraient encore. Avec un style littéraire lamentable et de très mauvais goût, on vous soumet des données statistiques, des prélèvements divers et certaines « évidences » de lois physiques, biologiques, etc. Il convient au passage de remarquer que malgré la nature souvent complexe de ces références, ces théories sont toujours faciles à assimiler… et se moquent éperdument des règles historiographiques.
    Il faut pourtant plus que de simples informations pour proposer une critique sensée et digne de ce nom : celles-ci doivent surtout être agencées et articulées selon une méthode. L’individuation démocratique moderne, avec la proclamation du libre-arbitre, a produit un individu ignorant l’incomplétude de sa propre nature qui, s’il se sent autonome pour correctement s’informer, s’estime tout aussi souverain à construire sa propre opinion…
    Pourtant le savoir n'est pas constitué en une suite d’informations juxtaposées les unes aux autres - l’information dit ce qui est et par là ce qui doit être…
    Aujourd’hui plus que jamais, nous avons accès à presque toutes les informations sur les faits qui provoque un déséquilibre inédit entre d’une part, l’accès à l’information qui est instantané et total, et d’autre part, la trop rare aptitude à les agencer de manière méthodologique afin de produire du sens, une vérité. A bien y regarder, on remarquera que les théories du complot concernent systématiquement et uniquement des sujets prisés, et souvent formés par les médias de masse. En dépit de leur prétention à incarner un renouveau, en tant que soi-disant avant-gardes intellectuelles ou politiques originales et innovantes, la plupart de leurs idées ont environ cent cinquante ans et c'est uniquement grâce à la nouvelle possibilité de médiation qu'est pour elles le réseau internet qu'elles ressurgissent aujourd'hui à peine dépoussiérées. Parce qu'elles sont une réaction de médias pour les médias et par les médias, elles n’expriment en ce sens qu’un comportement réactionnaire - s’émanciper de cette sphère médiatique leur est impossible ; et dans ce monde clos, tout en ayant des effets funestes sur le réel, c’est comme folles et apeurées qu’elles se tiennent un discours à elles-mêmes.
    Certains pressentent alors l'avantage qu'il y aurait à se démarquer de ce type de discours et tentent d'en sortir en invoquant grossièrement la tradition philosophique : ils évitent le terme de complotistes et se présentent comme sceptiques... Cette perversion du terme n’aide pas car il s'agit là plutôt d'un hyper-criticisme (prouvez votre preuve!) qui ignore les limites de la raison sur l’expérience. Puisqu’il existe un au-delà à la raison : le délire.
    Les théories du complot expriment aussi symboliquement les peurs et les aspirations de ceux qui peinent à saisir la multiplicité et la pluralité formelle des faits, des concepts et des histoires. Et ce le plus souvent car ils sont occupés, presque au sens du territoire, à autre chose. Ils peuvent être de ces travailleurs qui, fatigués à la fin de la journée, se divertissent avec le Spectacle qu’on leur propose... Et parce que ces histoires font partie de leurs divertissements, ils rechignent à y appliquer un travail critique. Le succès populaire du complotisme procède d'une fascination, même cynique chez certains, pour ce qui se présente à eux comme une insurrection des consciences.

    Confondre son désordre psychique avec celui du monde, hystérie et psychose paranoïaque

    Je sais que certains, au lieu de constater leur propre impuissance pour expliquer un événement dont les véritables causes leur échappent, préfèrent conclure à l’impuissance de ceux qui sont censés lui faire voir plus clair dans tout cela : les intellectuels. C'est ainsi que les théoriciens du complot ont une grande part de responsabilité dans le regain, barbare et fascisant, de l’anti-intellectualisme aujourd'hui. Les théories du complot donnent le sentiment à celui qui y souscrit d’être plus lucide que les autres tout en lui faisant perdre de vue l'inclinaison narcissique et arrogante qu'il y a à se prendre aussi facilement pour un penseur « différent », il lui est ainsi plus confortable d’imaginer qu’il est devenu quelqu’un capable de sentir ce que d’autres échouent à même entrevoir (ces même "intellos").
    La structure de ces théories accueille sa propre structure psychique, ce qui apporte une preuve rassurante de sa propre vérité et lui permet d’être reconnu par lui-même et par les autres. Il se sent soulagé par ce miroir qui ne reflète plus l'homme confus et désenchanté politiquement qu’il était avant. Le complot rassure donc de la même manière que la phobie rassure contre l’angoisse, et c'est de la sorte que son existence s'avère constituer, au final, une bonne nouvelle pour l'économie psychique puisqu'il fait « sens » ; maintenant que le complot a été révélé, il ne reste plus qu’à le dénoncer et à le combattre publiquement, créant par la même occasion du lien social...
    Il faudra donc bien convenir que toutes les théories du complot, et leur ésotérisme, ont une structure idéologique fondamentale.
    Ce sont des analyses artificielles et simplistes qui jouent l'intérêt politique avec démagogie et poujadisme ; finalement elles desservent profondément les sociétés dans lesquelles elles apparaissent. Je crois que nous avons tout à gagner à nous en passer, cela permettrait de commencer humblement mais fermement à apprendre à bien parler du pouvoir. Et ce par exemple, en clarifiant sans simplifier.

     

    Grégoire

     


    3 commentaires


  • Bookmark and Share 


    votre commentaire
  • Pour celui qui saurait le voir, peut-être qu'il y a quelque chose de politique à extraire de ces formes, en faire qqch de concret même...

    Bookmark and Share


    1 commentaire
  • La promesse de chaos ; les jantes sombres et mattes, brutes, la profondeur de quatre trous noirs où rien ne (se) réfléchit à rien, ce noir qui aspire toute lumière, réduisant tout au silence, et duquel en même temps menace la pire violence. 
    Hier encore, cette violence était-elle enjolivée...
    Aujourd'hui, la barbarie se débarrasse de ses enjoliveurs et ressurgit fière, nerveuse et arrogante.


    Bookmark and Share


    votre commentaire
  • "Minable époque, qui, dans son impuissance à créer ou à reconnaître le nouveau, en est réduite à toujours resucer, remastiquer, recracher, revomir une tradition qu’elle n’est même pas capable de vraiment connaître et de vraiment faire vivre."


    votre commentaire
  • The Pirate Bay - Away From Keyboard

     











































    Bookmark and Share


    1 commentaire
  •  

    Vota y Trabaja y no pienses Granada 2012 anarchisme


    votre commentaire
  • Bookmark and Share

     


    votre commentaire
  •  L’Occident, c’est cette civilisation qui a survécu à toutes les prophéties sur son effondrement par un singulier stratagème. Comme la bourgeoisie a dû se nier en tant que classe pour permettre l’embourgeoisement de la société, de l’ouvrier au baron. Comme le capital a dû se sacrifier en tant que rapport salarial pour s’imposer comme rapport social, devenant ainsi capital culturel et capital santé autant que capital financier. Comme le christianisme a dû se sacrifier en tant que religion pour se survivre comme structure affective, comme injonction diffuse à l’humilité, à la compassion et à l’impuissance, l’Occident s’est sacrifié en tant que civilisation particulière pour s’imposer comme culture universelle. L’opération se résume ainsi : une entité à l’agonie se sacrifie comme contenu pour se survivre en tant que forme.

    (…) A ce point, il n’y a pas une seule de ses "valeurs" à quoi elle arrive encore à croire en quelque façon, et toute affirmation lui fait l’effet d’un acte d’impudence, d’une provocation qu’il convient de dépecer, de déconstruire, et de ramener à l’état de doute. L'impérialisme occidental, aujourd'hui, c'est celui du relativisme, du c'est ton "point de vue", c'est le petit regard en coin ou la protestation blessée contre tout ce qui est assez bête, assez primitif ou assez suffisant pour croire encore à quelque chose, pour affirmer quoi que ce soit. C’est ce dogmatisme du questionnement qui cligne d'un œil complice dans toute l’intelligentsia universitaire et littéraire. Aucune critique n'est trop radicale parmi les intelligences postmodernistes, tant qu’elle enveloppe un néant de certitude. Le scandale, il y a un siècle, résidait dans toute négation un peu tapageuse, elle réside aujourd’hui dans toute affirmation qui ne tremble pas.

    extraits... par le comité invisible, 2007.


    votre commentaire
  • "Pour défendre les causes perdues" contre le cynisme hyper-relativiste et mou.




    votre commentaire
  •   (Dialogue)
      ...
    - Il dit : "D'où venez vous à la fin?"

    - C'est ça, elle répond pas...
      Il dit : "j'ai besoin de savoir, j'ai le droit de savoir, je suis même en droit de
      vous demander vos papier d'identité."

    - Elle pleure?

    - Non, elle ne pleure toujours pas.
      Il dit : "Il n'y avait rien. Là où vous êtes monté, rien à perte de vue, alors?
      Qui êtes vous?
      Il attend la réponse.

    - Il attend la réponse...

    - Oui. Elle répond "je ne sais pas vous répondre, votre logique m'échappe,
      si on me demande qui je suis, je me trouble."

    - Il dit : "Ah... je me doutais bien de quelque chose..."
      ...

    Extrait du film "Le Camion", 1977. (rien sur Youtube...)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique