• QUELQUES GROS MOTS reloaded

    comme une déclaration d'intentions :

    Je laisse un certain cynisme contemporain et ses slogans à son propre spectacle, je ne le prend pas au sérieux parce que je n’ai pas besoin de lui pour ce qui m'occupe ici ; ainsi que certains soi-disant surréalistes...
    Et ceux qui pensent que c’était mieux avant, du genre simple et authentique, et qui ne tentent pas de se sensibiliser aux émergences de nouvelles créations, aux choses. Celles-ci ne se présentant pas à notre perception d’elles-mêmes (personne ne nous les introduira), il faut pouvoir leur laisser une place, un vide, un calme pour leur donner l'occasion d’éventuellement apparaître (qu’on puisse en avoir/recevoir une idée).
    Ainsi que ceux qui, alors qu’ils affirment aimer les hommes et le monde, trouvent quand même toujours de quoi partir en guerre contre eux.
    Je les laisse donc car le monde est surtout si beau des fois...
    Cette mise à l'écart revient à remplacer l'examen de leur futile opinion par, comme dirait l'autre, l'analyse d'un sujet important : moi-même.


    Un Travail sur des interrogations autant que sur des affirmations ou des réponses à donner, car toutes ces questions quand même...
    Devoir y répondre, être saisi par elles ; arrogance, ad-rogare  (rogare, demander), celui qui te défie de répondre ; le piège...
    Il y a un présupposé des questions, cela veut dire alors qu'y répondre c'est accepter la façon dont la question est posée et donc accepter par là même les grilles d'analyse et de questionnement qu'elles impliquent. On prendrait ainsi le risque de voir tous les événements et tous les problèmes, se rabattre sur cette grille déformante. Piégé dans un débat miné d'avance.
    Répondre ou répliquer, c'est donc se condamner à rédupliquer les termes de la question qui est posée et, généralement, déjà signer une défaite de la pensée.
    Certaines questions nous imposent certains problèmes comme pertinents. Entrer en matière sur celles-ci, indépendamment de la vérité ou de l'erreur possible des réponses qu'on y apportera, c'est s'empêcher alors de poser les problèmes véritablement importants. Et puis parler, comme disait l'autre, c'est quand même toujours un peu sale... enfin, ça aussi, ça dépend...

    Une sociologie facile :

    J’ai quelques exigences, alors je serais élitiste ou rêveur.
    J'ai une certaine idée du goût, alors je serais snob...
    Et mon goût d'un certain éclectisme, assimilé à un exotisme indifférent et apolitique...
    Pour des riches, je serais pauvre ; pour un prolétaire, je serais un bourgeois ; pour un esprit petit-bourgeois, je serais… ; pour une personne cultivée ; pour une jeunesse branchée et bien culturée ; pour un universitaire...
     Tout cela ne fait que rabattre mon sujet (particulier) sur des classifications générales afin de mieux me "comprendre", merci.

    Serais-je donc, comme d'autres, à la merci d'une certaine haine universelle... bon...

     

  • Pourquoi, à certains endroits et plus ces derniers temps qu’auparavant, Thomas Mann?

     

     


    votre commentaire
  • Dessin Grégoire Legrain Petit Dindon Penseur


    1 commentaire